logo snmhf

COMMUNIQUE DE PRESSE - 20 MAI 2019

Le SNMHF déplore les irrégularités entachant l’évaluation du bénéfice médical de l’homéopathie par la Haute Autorité de Santé

 

Le SNMHF (Syndicat national des médecins homéopathes français) se déclare extrêmement préoccupé par les irrégularités survenues la semaine passée dans la procédure d'évaluation du bénéfice médical rendu par les médicaments homéopathiques. Dès le 14 mai, des médias ont pu informer le public de la teneur de l'"avis confidentiel" de la Haute Autorité de Santé (HAS), alors que ses seuls destinataires, les laboratoires pharmaceutiques, n'ont reçu cet avis que le jeudi 16.

Le SNMHF constate que depuis un an, tout semble orchestré pour que la décision de déremboursement soit prise après un simulacre d'évaluation dont nous dénonçons la méthode :

-          absence de tout expert de l'homéopathie et de prise en compte des spécificités de l'homéopathie dans cette évaluation au sein de la commission de la HAS ;

-          attaques portant sur la supposée "dangerosité du médicament homéopathique" dénuées de tout fondement ;

-          prises de position de plus en plus ouvertement favorable au déremboursement de la part de Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, qui n'a jamais accepté de rencontrer les médecins porte-parole de l'homéopathie.

Ce climat délétère affecte aujourd'hui la pratique des médecins homéopathes, déconcerte les patients et déstabilise les milliers de salariés des laboratoires concernés, à tel point que plusieurs responsables politiques de premier plan font entendre leur voix pour que l'administration, puis le gouvernement, ne prennent pas de décision qui irait à l'encontre des intérêts de santé publique et tournerait le dos à la médecine intégrative, voie d'avenir vers laquelle de nombreux médecins, professionnels de santé et patients veulent évoluer.

Le Syndicat national des médecins homéopathes français recommande aux 74 % de Français attachés à la thérapeutique homéopathique de se manifester en signant la pétition #MonHomeoMonChoix.fr, qui a déjà recueilli près de 500 000 signatures à ce jour.

www.monhomeomonchoix.fr

 

Voir le communiqué

 

 

ImprimerE-mail

COMMUNIQUE DE PRESSE - 13 MAI 2019

 

     

 Oui les homéopathes vaccinent leurs patients !

 

Une récente émission diffusée le 9 mai sur France 2, Envoyé Spécial, a montré le retour de la rougeole, ce retour suscitant à juste titre l’inquiétude des autorités de santé. Dans ce contexte, les médecins homéopathes tiennent à réaffirmer qu’il n’existe aucune ambigüité sur la vaccination dans leur pratique médicale. Le Syndicat national des médecins homéopathes français rappelle que la pratique homéopathique ne doit jamais être présentée comme une alternative à la vaccination. Les obligations légales vaccinales doivent être respectées par les médecins homéopathes. Ces derniers doivent expliquer à leurs patients que le traitement homéopathique ne peut pas être considéré comme une vaccination.

Il est donc totalement injustifié que la pratique médicale homéopathique soit montrée du doigt dans le débat en cours sur la trop faible couverture vaccinale dans notre pays. Rien ne peut la relier avec le recours à l’homéopathie.

Le SNMHF dénoncera donc toute tentative désignant la pratique homéopathique comme étant à l’origine de ce problème majeur de santé publique. Il s’agit d’un sujet trop grave pour laisser planer le moindre doute sur l’intégrité et le professionnalisme des médecins homéopathes.

Références :

SNMHF - « Le faux certificat de vaccination, un acte répréhensible », communiqué de presse du 29 février 2016

BAGOT J.L et coll., « Aucun médicament homéopathique ne peut être considéré comme un vaccin », La Revue d’homéopathie, 2017.01.020

 

Voir le communiqué

 

 

ImprimerE-mail

COMMUNIQUE DE PRESSE - 29 AVRIL 2019

Du particularisme de l’évaluation du médicament homéopathique

Dans l’édition de Paris Match du 25 avril 2019, Madame la ministre de la Solidarité et de la Santé, Agnès Buzyn est interviewée sur les « fake news médicales ». A la question « Et que penser de l’homéopathie », la ministre répond par une violente charge contre cette thérapeutique*.

Le SNMHF (Syndicat national des médecins homéopathes français)se déclare surpris par ces propos, qui surviennent au moment où la ministre a elle-même chargée la Haute Autorité de Santé d’une évaluation de cette thérapeutique. Le SNMHF relève notamment que sa réponse reprend sans nuance les arguments caricaturaux des organisations qui ont orchestré la lutte contre l’homéopathie, au mépris des pratiques médicales comme des attentes des Français en termes de diversité de l’offre de soins.

Le SNMHF rappelle qu’il a sollicité un rendez-vous avec la ministre, dès le début de cette crise, mais qu’elle n’a à ce jour pas accepté de recevoir ses dirigeants. Cette prise de position dans un média de grande diffusion conduit le SNMHF à renouveler cette demande et à espérer être cette fois entendu afin d’avoir avec la ministre un réel dialogue sur la place de l’homéopathie dans la pratique médicale aujourd’hui.

 

Voir le communiqué

 

 

ImprimerE-mail

COMMUNIQUE DE PRESSE - 11 JANVIER 2019

     

Homéopathie : pour une sérénité des débats

 

Chargée par le ministère de la santé d’évaluer l’utilité de maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques, la Haute Autorité de Santé (HAS) a déclaré pouvoir rendre son avis au printemps 2019.

Le SNMHF regrette que certaines instances mettent à profit cette période pour exercer des pressions sur cette autorité, plutôt que de contribuer à un débat dépassionné qui tienne compte des pratiques médicales et de la liberté de choix des patients.

À cet égard, et contrairement à ce qui a trop souvent été écrit, le SNMHF n’a pas poursuivi les signataires de la tribune publiée en 2018 par Le Figaro (19 mars 2018) en raison de leur opposition à l’homéopathie. Cette plainte était justifiée par les propos à caractère anti-déontologiques de ce texte. Les auteurs ont déconsidéré la profession, appelant l’Ordre des médecins et les pouvoirs publics à interdire aux médecins homéopathes de continuer à faire valoir leur titre de médecin ainsi qu’à faire disparaître l’homéopathie du champ de la médecine.

Le SNMHF invite les différents acteurs professionnels de la santé à éviter toute division que les Français ne cautionnent pas.

Pour les médecins homéopathes, l’efficacité reconnue par les utilisateurs (patients et médecins), l’existence d’études cliniques réalisées conformément aux règles de prescription des médicaments homéopathiques, montrent l’intérêt de cette thérapeutique dont le mécanisme d’action reste encore méconnu en raison des hautes dilutions inframoléculaires (et donc aussi infratoxiques) utilisées.


Voir le communiqué

 

 

ImprimerE-mail

COMMUNIQUE DE PRESSE - 3 SEPTEMBRE 2018

      Suspension des cours d’homéopathie à la Faculté de Médecine de Lille : une « chasse aux sorcières » qui tourne le dos à la pratique d’une médecine intégrative et réconciliée

La Faculté de Médecine de Lille vient de décider de suspendre son Diplôme d’Université d’homéopathie pour l’année universitaire débutante dans l’attente de la position de la Haute Autorité de Santé sur le remboursement des traitements homéopathiques.

Le SNMHF (Syndicat national des médecins homéopathes français) regrette cette décision, annoncée par tweet, qui survient alors que ce diplôme existe depuis une trentaine d’années.

Le SNMHF relève que les responsables de cet enseignement n’ont été ni consultés, ni même informés.

Alors que des milliers de médecins et des millions de Français sont attachés à la place de l’homéopathie au sein de notre système de soins, le SNMHF dénonce l’esprit de « chasse aux sorcières » qui se met insidieusement en place et qui tourne le dos à la vision d’une médecine intégrative et réconciliée, telle que la pratiquent les médecins homéopathes dans notre pays.

Voir le communiqué

 

Pour le maintien de l'enseignement universitaire de l'homéopathie

Signer la pétition <https://www.mesopinions.com/petition/sante/maintien-enseignement-universitaire-homeopathie/48461>

ImprimerE-mail

SNMHF Syndicat National des Médecins Homéopathes Français
79, rue de Tocqueville 75017 PARIS - Tél.: 01 44 29 01 31 - Fax : 01 40 54 00 66